Menu
RETOUR SUR…

COUL’HEURES D’AUTOMNE : un bon cru !

Pour sa 2ème édition, le Festival International d’Art Urbain Coul’Heures d’Automne a tenu toutes ses promesses. Retour en images pour celles et ceux qui auraient raté l’événement.
Par Joséphine Duncan

Bilan plus que positif pour la dynamique équipe de l’association Label Note ! En effet, la seconde édition de Coul’Heures d’Automne, qui s’est tenue du 23 octobre au 7 novembre 2021 dernier, a proposé des performances murales, des installations, des expositions, des cafés street art, des projections, des concerts, des ateliers, des visites commentées et des soirées festives !

Performances murales d’envergure

L’événement a été l’occasion pour les amateurs de voir œuvrer les artistes à travers notamment de dix performances murales et installations. Les Monkeybird ont joué de la dentelle et du pochoir rue Lacan. Scaf qui a donné vie à un poste Enedis avec un raton laveur plus vrai que nature. Mahn Kloix a posé sa toile de personnages aériens monochromes face au collège de la Fontonne. Fabio Petani a fleuri la façade de l’école de la Fontonne. Cubi a redonné le sourire aux passants de l’Allée de la Méditerranée (Parc Exflora). Les Low Bros ont réalisé un mur d’envergure tout en trompe-l’œil à l’entrée de Juan-Les-Pins. Izzy Izvne a réalisé une œuvre stratosphérique sur le poste source Enedis d’Antibes. Skio qui a investi non pas 1 mais 2 murs à la sChOOL. Sly2, en plus d’une soirée live painting aux côtés de Res Turner, a peint le premier mur à l’entrée de la sChOOL. Tomas Lacque a renouvelé les murs d’accès à la sChOOL mais 1 fresque de Grems et 3 œuvres de Codex Urbanus restent visibles. 22 murs, soit 1.400 m², ont ainsi été sublimés, pour le plus grand plaisir des 72.999 riverains, antibois et juanais, qui vivront avec ces œuvres inscrites dans le paysage azuréen.

Belles émotions artistiques

Au-delà des performances murales, les 15 jours du festival ont également été marqués par la soirée d’ouverture sous la houlette du rappeur, freestyleur, slameur… et ancien peintre Res Turner et la soirée de clôture où l’on a pu embarquer pour un roadtrip au Maroc avec Hopare, grâce à la projection du documentaire Sur la Route de Dakhla d’Ambroise Prince. L’occasion de découvrir l’artiste, accompagné d’un photographe, d’un vidéaste et de Laurent Tritschler, directeur de la Cox Gallery à Bordeaux, s’entasser dans une camionnette pour vivre une aventure de 3.500 km qui les a menés du détroit de Gibraltar au désert du Sahara, jusqu’à Dakhla, petite ville isolée sur la péninsule durio de Oro. Rendez-vous est déjà pris pour l’année prochaine du Samedi 22 octobre au dimanche 6 novembre 2022 avec de nouveaux murs, de nouveaux artistes et de nouvelles Coul’Box. On y sera !

[button color= »black » size= »normal » alignment= »none » rel= »follow » openin= »samewindow » url= »https://phoenix-publications.com/produit/urban-arts-magazine-15/ »]Acheter [/button]

No Comments

    Leave a Reply