Depuis plusieurs années maintenant, les E.Dolls au format XXL de Softtwix fleurissent sur les murs de nos villes, un projet poétique « qui fait référence à l’injonction sociétale du paraître », notamment pour la femme qui, pour la société occidentale, se doit d’être une superwoman « belle, mince, sexy, sans âge et sans rides ».

Une course effrénée à la validation extérieure où « elles se perdent, s’abîment, se déchirent, se ternissent ». Sur le mur Oberkampf, Softtwix nous confronte à cette réalité. Et pour encore plus de force, l’artiste réalise une prouesse puisque l’image ne paraît pas collée sur le mur, mais bien en sortir, intensifiant cet effet de profondeur par des éléments architecturaux qui créent de véritables « trompe-l’œil ». Une superbe fresque que l’on ne se lasse pas de contempler !

 

Acheter